Cinéma : 9 mois fermes

Je ne vais pas vous parler beaucoup de cinéma sur le blog, parce que je n’ai pas l’âme d’un critique. Au contraire j’ai plutôt tendance à être bon public, du moment qu’on ne m’inflige pas un pur film d’action ou un film d’auteur qui ne peut être compris que par son réalisateur.

Mais aujourd’hui, j’ai vu un film qui m’a particulièrement emballée : Neuf mois fermes.

neuf_mois_ferme

Le résumé ne m’emballait pas :

Ariane Felder est enceinte ! C’est d’autant plus surprenant que c’est une jeune juge aux mœurs strictes et une célibataire endurcie. Mais ce qui est encore plus surprenant, c’est que d’après les tests de paternité, le père de l’enfant n’est autre que Bob, un criminel poursuivi pour une atroce agression ! Ariane, qui ne se souvient de rien, tente alors de comprendre ce qui a bien pu se passer et ce qui l’attend…

Alors j’ai fait ce truc magique qui consiste à regarder la bande-annonce… et là, j’étais partante ! Ca n’avait rien, mais alors rien du tout du film navrant auquel je m’attendais en lisant le pitch.

Au contraire, c’est très rigolo (je ris très peu face à un film, eh bien là j’étais la première à m’esclaffer). Les gags sont vraiment poilants et tout est déjanté, exagéré, dynamique et improbable.

Vous avez sûrement compris pourquoi je ne serai jamais critique de cinéma ;-)

Je vous laisse avec la bande-annonce qui parle mieux que moi.

Publicités