Le droit de pleurer

Il aura fallu que le retour de couches pointe le bout de son nez pour que je m’autorise enfin à vivre mon chagrin.

large

Pleurer à chaudes larmes

Pendant de longues minutes

Ne plus ravaler ses sanglots

Préparer à manger en pleurant

Boire mon café en pleurant

Travailler en pleurant

Etendre le linge en pleurant

Ouvrir le courrier en pleurant

Lire un article de magazine en pleurant

Et enfin, noyer tout ce chagrin dans un bain moussant

Les larmes se mêlent aux bulles

Puis disparaissent dans la bonde

 A travers un dernier tourbillon.

*          *          *

Réapparition de mes règles hier. Après que le gonflement des gants de toilette qui me font office de seins m’ait autorisé l’espoir – et bien sûr, j’ai sauté dessus à pieds joints – d’une nouvelle grossesse tout de suite.

A l’annonce de ma seconde grossesse, je me suis préparée à une seconde fausse couche. Me suis promis de me relever plus vite qu’à la première. Tant et si bien qu’à l’annonce du décès de l’embryon, j’ai serré les dents. Et j’ai voulu tenir parole. Me relever vite, pour qu’une nouvelle grossesse puisse arriver rapidement. Pour qu’on sorte de ce cauchemar.

Mais à force de vouloir me relever vite, j’ai oublié de trébucher. Je ne me suis pas autorisé de larmes après le jour où je l’ai appris. Elles ont tenté de sortir, je les ai vite réprimées. Pas le droit de pleurer. Ne sois pas triste? Garde la tête hors de l’eau.

C’était idiot, et complètement voué à l’échec. Je suis une sensible doublée d’une démonstrative. Les bains de larmes, c’est mon truc. Pas par choix, mais parce qu’elles montent toutes seules. Et finalement, elles me font du bien je crois. Parce que j’ai chialé toute la journée, même aux toilettes. Et ce soir, je me sens mieux. Carrément mieux. Vidée, lavée comme un ciel de Bretagne après la pluie.

Bises à vous

Publicités

Comment j’ai solutionné le problème du fond de teint : merci Pro Finish de Make Up For Ever

Oyez Oyez gentes dames, un article beauté Dans ma Bulle !

Profitez-en, ce ne sera pas souvent. Ne vous méprenez pas, j’adore le make-up. Mais de là à être assez douée pour marier les couleurs et donner des conseils, il y a un fossé que je ne franchirai probablement jamais.

Ceci dit, aujourd’hui fera exception parce que j’ai trouvé un produit magique. Ouais, rien que ça. Même que si j’avais pu faire scintiller le mot magique, je l’aurais fait.

Alors si vous êtes comme moi une feignasse du fond de teint, restez en ligne, vous allez être intéressée.

Je vous présente le Pro Finish de Make Up For Ever. (En gras et en violet, parce que sur le blog on a le droit de s’amuser).

photo 2

Depuis deux semaines que j’ai acheté ce fond de teint poudre, j’ai fait mon teint TOUS LES JOURS. Révolution dans ma vie, Madame. Cet exploit s’explique en trois-quatre arguments. Par rapport à mon fond de teint fluide (qui n’était pas si mal, mais quand on trouve mieux…) :

  • Je ne me salis pas le bout des doigts ou du pinceau (comme si je n’avais que ça à faire, de nettoyer un pinceau). Je l’applique avec la houppette fournie, que je nettoie une à deux fois par semaine. Comme le pinceau, me dire-vous. Non, parce que là c’est de la poudre, ça ne me gêne pas de ne pas le laver systématiquement entre deux utilisations.
  • j’arrive à avoir de la couvrance sans pour autant me retrouver avec un effet plâtré. Ca c’est un progrès remarquable pour ma peau qui commence à – snif – accueillir quelques ridules
  • Je n’ai pas besoin de le poudrer après application. Je peux même en mettre un tout petit peu pour un effet très léger, comme je faisais avec ma défunte poudre (boîtier tombé, boîtier fracassé).
  • Il tient toute la journée et il ne transfère pas sur mon Iphone quand je passe un appel

Cette débauche d’arguments débouche sur mon argument massue : je fais mon teint en un rien de temps ! J’ouvre le boîtier, j’applique, je sui belle, je range la houppette et on n’en parle plus.

Il existe en 25 teintes, ce qui est pas mal du tout. Pour ma carnation actuelle, à mi-chemin entre hâle-doré-de-retour-de-Grèce et teint-de-navet-hivernal, j’ai pris le numéro 125, un beige rosé.

Je n’ai pas encore essayé de me baigner avec (vous avez vu le temps qu’il fait ? Finies, les parties de canoë entre potes), alors je ne sais pas ce que ça donne dans l’eau. A tester à la piscine !

On n’est pas encore arrivés au 31 décembre, mais je crois bien que ce produit sera mon coup de coeur beauté 2013 :-)

Bon dimanche !

Cinéma : 9 mois fermes

Je ne vais pas vous parler beaucoup de cinéma sur le blog, parce que je n’ai pas l’âme d’un critique. Au contraire j’ai plutôt tendance à être bon public, du moment qu’on ne m’inflige pas un pur film d’action ou un film d’auteur qui ne peut être compris que par son réalisateur.

Mais aujourd’hui, j’ai vu un film qui m’a particulièrement emballée : Neuf mois fermes.

neuf_mois_ferme

Le résumé ne m’emballait pas :

Ariane Felder est enceinte ! C’est d’autant plus surprenant que c’est une jeune juge aux mœurs strictes et une célibataire endurcie. Mais ce qui est encore plus surprenant, c’est que d’après les tests de paternité, le père de l’enfant n’est autre que Bob, un criminel poursuivi pour une atroce agression ! Ariane, qui ne se souvient de rien, tente alors de comprendre ce qui a bien pu se passer et ce qui l’attend…

Alors j’ai fait ce truc magique qui consiste à regarder la bande-annonce… et là, j’étais partante ! Ca n’avait rien, mais alors rien du tout du film navrant auquel je m’attendais en lisant le pitch.

Au contraire, c’est très rigolo (je ris très peu face à un film, eh bien là j’étais la première à m’esclaffer). Les gags sont vraiment poilants et tout est déjanté, exagéré, dynamique et improbable.

Vous avez sûrement compris pourquoi je ne serai jamais critique de cinéma ;-)

Je vous laisse avec la bande-annonce qui parle mieux que moi.

Dressing / Suite parentale : Work in progress #1

Depuis que l’homme et moi avons acheté notre petit nid en janvier 2013, c’est branle-bas de combat et travaux à tout va pour l’aménager à notre goût.

Le premier round a pris fin début juillet : le séjour est terminé ! Ce qui n’exclut pas d’ajouter un peu de déco, mais on a enfin une pièce à vivre agréable. (ça méritera un petit avant/après d’ailleurs, rien que pour vous montrer comme ça piquait les yeux avant).

Comme c’est moi la grande prétresse des travaux – comprendre, à tout hasard, que j’assure les chantiers toute seule – j’ai pris une pause cet été pour retrouver une vie normale. Renouer avec mes amis, partir en vacances, passer une soirée les fesses dans le canapé… Le pied total !

Et puis la rentrée est arrivée, et j’ai décrété qu’on allait s’occuper de notre future chambre. Parce que j’ai hâte qu’on puisse avoir notre cocon là aussi, et puis les plots de colle au plafond je les ai assez vus (vous allez comprendre en images ;-)

Donc, j’ai ressorti mon plan de l’appart, dessiné par mes petites mains d’ex géomètre, et je nous ai concocté un super projet : on s’empare de la chambre avec porte-fenêtre sur le balcon, orientation sud, bel éclairage naturel, vue sur la forêt (au loin, parce qu’au premier plan il y a les maisons qu’on n’a pas pu se payer qui nous narguent). Et surtout, bonus royal : possibilité de casser la cloison du dressing pour l’intégrer à la chambre !!! Est-ce que vous visualisez ma danse de la joie ?

On a attaqué les travaux il y a dix jours et ça avance plutôt bien si on tient compte du fait qu’on bosse tous les deux. C’est sûr, si mon papa venait me donner un coup de main comme le fait celui des voisins d’en face, ça irait plus vite (si tu lis ça papa, rapplique avec ta boîte à outils ! Tu seras nourri-logé-blanchi et je ne demanderai pas de cadeau de noël).

Et vogue la galère en images :

IMG_4003Voici la pièce sur laquelle j’ai jeté mon dévolu. Elle est pas chouette la lumière ? Le plafond semble net parce qu’il y a un plafond tendu (je déconseille ces trucs-là dans les habitations) mais en dessous, c’est dalles de polystyrène bien collées.

SONY DSCIl va falloir tomber le placard (installé six mois plus tôt par les anciens propriétaires). Notez que le plafond tendu n’a pas fait long feu. Chez nous c’est chauffage au sol, mais 70% de la chaleur vient du plafond. Entre le plafond tendu et les dalles, on perdait 2° Celsius dans la pièce ! Je suis une grande frileuse, moi, alors j’ai pris mon cutter et ma spatule et j’ai arraché tout ça dare-dare.

IMG_5673Maintenant il faut gratter les plots, que dis-je, les traits de colle au plafond. Ceux-là ne se ramollissent pas au décapeur thermique. Ils ne se décapent pas non plus à la spatule. Il a fallu que je les ponce avec une ponceuse électrique équipée de disque grain 40. J’y ai gagné des épaules de nageuse…

IMG_5687… mais c’est carrément plus net après ! Et poussiéreux, je ne vous le cache pas.

IMG_5666J’avais fait sauter le placard avant de m’occuper du plafond.

IMG_5712

Il reste à vider le dressing.

SONY DSC

Obligée de faire appel à l’homme pour déplacer les placards. Ils sont collés ou quoi ? On constate au passage qu’ils viennent de chez Ikea. Ca c’est top bonheur, on va pouvoir utiliser les éléments de rangement Komplement quand on va les réutiliser !

SONY DSC

Enfin vide !!! On devine aux joints qu’il s’agit de carreaux de plâtre.

SONY DSC

Un peu d’électricité dans la partie à casser, mais je ne suis pas inquiète : je sais à quoi ça correspond.

IMG_5732

Il n’y a plus qu’à attaquer la cloison ! Premier trou dimanche, c’est timide. Il faut dire qu’avec un petit marteau à clous, le modèle riquiqui, difficile de traverser les sept centimètres de plâtre.

IMG_5735

Ca va tout de suite mieux avec une massette (5,50 euros chez Leroy Merlin, vu ma passion pour le bricolage ça fera très bien l’affaire).  Je m’aperçois que le faux-plafond est fixé à la cloison que je détruis. Il faut que je m’occupe de son cas avant de continuer à manier la massette.

IMG_5738Sitôt dit, sitôt fait. Jé souis oune rapide pour cé qui est dé casser les choses ! (Quand il s’agira de les faire, on verra ce qu’il en sera)

IMG_5739Dix heures du matin.

IMG_5740Onze heures. Enragée, moi ? Non, pensez-vous !

IMG_5741Et maintenant, en route pour la déchèterie… (Note : ajouter sacs à gravats sur la liste de courses.)

Si vous êtes encore là après ce déballage éhonté de photos qui n’intéressent que moi, je vais me permettre de vous donner un conseil. Si vous avez des amis qui veulent casser une cloison, n’hésitez pas à proposer votre aide. C’est carrément jubilatoire de casser un mur à coups de masse !!! En revanche, s’il s’agit de décoller des dalles en polystyrène, fuyez !

La suite le plus vite possible j’espère :-)

Zara Home, des envies en pagaille !

Chose promise, chose due : voici le compte-rendu de mon petit tour chez Zara Home hier.

Les achats

Un seul achat cette fois-ci, pour le plaisir sans le cracking de porte-monnaie. En plus c’est un achat réfléchi (existe-t-il VRAIMENT des achats réfléchis ? Penser à développer la question dans un post un soir d’insomnie) puisque je l’avais repéré la semaine dernière. Ouh, la tricheuse, je ne vous l’avais pas dit hier que j’allais au magasin avec une idée derrière la tête !

Bon, j’ai presque honte d’en parler ici. Allez, je me lance : j’ai acheté un bavoir. Oui, un bavoir alors que je viens de faire une fausse couche. Pause shopping dans un magasin de déco, et je ressors avec un article de puériculture. Elle est dézinguée la fille ou quoi ? Non, je vais très bien merci. Simplement j’en suis à deux fausses couches, mais si on retient le positif on peut dire : je suis tombée enceinte deux fois en moins d’un an. Donc tôt ou tard, je vais l’avoir ce bébé ! Je tâche de ne pas y penser en permanence, mais je ne vais pas occulter mon envie non plus.

Refermons cette parenthèse justificative, et admirons plutôt ma trouvaille :

SONY DSC

Tadaaam ! Au recto des petites étoiles, parce que c’est la thématique qui s’est imposée au fil de notre baby-shopping. Il faudra que je vous montre tout ça un de ces quatre d’ailleurs.

SONY DSC

Au verso, du tissu éponge pour bien absorber la bouffe qui dégouline ;-)

Sur les deux photos il a l’air bien blanc, mais en réalité il est plutôt écru. Autre détail qui ne ressort pas en photo, certaines étoiles grises sont pailletés, c’est mimi tout plein (est-ce qu’elles scintilleront à travers les traces de purée de carotte, je n’en sais rien !).

Les repérages

Alors là il n’y a pas de raison de se limiter, ça n’engage à rien de rêver ! Exit la puériculture, je me suis penchée sur mes besoins personnels. Bon, sur mes ENVIES personnelles, j’avoue.

So, what did I see ?

  • Les plus beaux cintres du monde.

D’abord ils sont matelassés, c’est carrément luxueux pour moi qui collectionne les cintres du pressing. Mais en plus ils sont recouverts de tissus super chouettes. Puisque je suis en plein travaux pour me faire un dressing (le plus beau jour de ma vie quand il sera fini ! Ah c’était censé être mon mariage ?), je me demande si cet achat ne serait pas carrément justifié ? Oui je sais, c’est culotté, mais en même temps qui dit nouveau dressing dit cintres assortis. Non ?

En vrac, mes préférés :

Sans titre-1

Grosso modo c’est 12 euros les trois, sauf pour les noirs qui sont à 12 euros les deux.

  • Des coussins colorés pour égayer mes canapés noirs

6913000999_1_1_36985000999_1_1_3

  • Des torchons de cuisine qui me donneront peut-être envie de faire la popote. Et puis si ça ne me donne pas plus envie que ça de jouer les cordons bleus, ça aura le mérite d’ajouter une touche déco plus originale que mes éternels torchons à carreaux.

7852026800_1_1_3

Pour Noël, parce que j'adore la période des fêtes

Pour Noël, parce que j’adore la période des fêtes

7866026999_1_1_3

Comme pour les cintres, on est dans les 12 euros par lot. Pas donné pour un torchon, mais pas inaccessible comme une Rolex ;-)

  • Un plateau transparent qui serait pas mal sur ma coiffeuse. Pour éviter que les crayons à nyeunyeux ne roulent par terre ou que mon service de nuit ne fasse de magnifiques auréoles sur la peinture blanche. Il me plaît, et ce n’est pas seulement parce que je l’ai vu. Je m’étais déjà posé la question d’un plateau pour le make-up, affaire à suivre donc. (23 euros, pas la mer à boire)

6167040990_1_1_3

  • Des boutons de meuble pour retaper mon chiffonnier. Je ne sais pas encore comment je vais le peindre ou le décorer, mais je pourrais partir des boutons pour lui trouver un look ? Le florilège de mes préférés :

5422555250_1_1_36256555800_1_1_3

 

  • Du linge de lit tout beau tout neuf. Je suis lassée et archi-lassée de mes ensembles ! Je les traîne avec moi depuis que j’ai un grand lit (ça remonte donc à… Heu ça doit être l’époque des dinosaures si je le souviens bien). Bref, mes choix d’adolescente ne sont plus mes choix d’aujourd’hui. Ca pourrait être sympa pour mes nuits de prévoir un budget couette & taies d’oreiller. En priorité, je rêve de :

0180000999_1_1_30177000999_1_1_3

0176000999_1_1_3Le hic, c’est que les housses de couette font 220×220 alors que mes deux couettes font 200×200… Pourquoi tant de haine ???

J’ai prévu de retourner au magasin pour montrer toutes ces merveilles à l’homme (et lui faire cracher sa carte bleue ;-) alors peut-être que j’aurais de nouvelles choses à vous montrer bientôt !